Nos fiches conseil


Angoisse de séparation et angoisse face aux étrangers

L’angoisse face aux étrangers et l’angoisse de séparation apparaissent habituellement vers l’âge de 9 à 12 mois. On parle d’angoisse face aux étrangers lorsque le bébé devient inquiet au contact d’une personne qui ne lui est pas familière. On parle d’angoisse de séparation quand une séparation d’avec le parent responsable de l’enfant est une source de contrariété pour le bébé. Voyons à partir de l’exemple suivant comment se manifeste cette angoisse :

Jacob a 11 mois. Il est confortablement installé dans les bras de son père. Sa tante qui est de passage, décide, dans son enthousiasme, de prendre Jacob dans ses bras et de le câliner pendant que son père va à la cuisine. Jacob s’agite dans les bras de sa tante et se met à chercher son père. Ne le trouvant pas, il commence à se plaindre et à pleurer.

Dans cet exemple, Jacob manifeste de l’angoisse face à une tante qui lui est étrangère. Jacob éprouve aussi de l’angoisse de séparation, puisqu’il a été enlevé des bras confortables de son père qui a, de surcroît, soudainement disparu. L’angoisse de séparation demeure une étape normale du développement d’un bébé, à la condition toutefois qu’elle ne se prolonge pas au-delà d’un certain temps (cela peut durer de 3 à 9 mois selon le tempérament de l’enfant ) L’angoisse de séparation est à un niveau normal lorsque l’enfant retrouve une expression de joie au retour du parent responsable de l’enfant Chez Jacob, l’angoisse de séparation et l’angoisse face aux étrangers sont de bons signes parce qu’elles révèlent une bonne évolution de l’enfant tel que :

  • Jacob distingue les individus les uns des autres. Il sait que l’adulte qui le tient n’est pas son père et il manifeste son mécontentement à l’étrangère.
  • Jacob a acquis la permanence de l’objet (le bébé comprend que les objets et les gens continuent d’exister même lorsqu’ils ne sont pas dans son champ de vision). Jacob sait que son père existe même s’il ne le voit pas.
  • Jacob possède un sens du soi. Il affirme son individualité en affichant des préférences (i.e. la présence de son père).

Les parents aussi peuvent éprouver de l’angoisse de séparation. Le bébé peut détecter la réticence d’un parent face à une séparation et en être affecté. Certains parents, notamment les nouveaux parents, sont parfois nerveux ou mal à l’aise à l’idée de confier leur bébé à quelqu’un que l’enfant ne connaît pas bien.

L’attitude à adopter.

Il n’existe pas de solution miracle pour contourner cette étape du développement. Plus l’enfant vous sentira en confiance face aux autres personnes et en contrôle de la situation plus il sera en mesure de contrôler son angoisse. Tout est une question de transfert d’émotion. Exemple si vous devez vous absenter, avant de laisser l’enfant , expliquez- lui que vous faites totalement confiance à la personne qui en prendra soin et que lui aussi peut lui faire confiance. Surtout continuez à sortir et à voir des gens, cela lui démontrera qui vous aimez la compagnie de d’autres adultes et que son comportement n’est pas une barrière à vos activités quotidiennes.

Le plus important c’est de ne pas s’en faire et de laisser les gens autour de vous s’en occuper comme à l’habitude.

Pour communiquer avec notre intervenante à propos de cette fiche conseil ou pour plus d’informations n’hésitez pas à lui écrire à crn@cgocable.ca .

Retour en haut